Comment garder la motivation dans les moments difficiles?

Changer de vie arrive rarement du jour au lendemain. Dans les films oui, forcément, on doit montrer un parcours de mois (voir années ?) en 1h40 de pellicule (oui je sais c’est numérique aujourd’hui, mais que voulez-vous, j’ai quelques rides á mon actif !). La réalité c’est que changer de vie relève plus du marathon que de la course de 100m. Et sur la route on va avoir des hauts, des bas, des très bas. Alors comment on fait pour rester motivé, pour garder son mojo et sa foi pour avancer un pied devant l’autre quand le monde se met á conspirer pour nous balancer en un seul coup le stock mondial de tomate pourries dans la tronche ? (oui parfois c’est ce qu’on ressent).

Je vais partager quelques idées que j’utilise pour y remédier et j’espère que cela vous inspirera et vous aidera dans vos moments de doutes et de remise en question. Je vais partir de mon exemple personnel puisque je suis moi-même en train d’opérer un changement de vie actuellement á l’heure oú j’écris ces lignes. Et vous allez voir, ce n’est pas une partie de plaisir tous les jours. A vrai dire hier j’ai passé une journée absolument horrible, á complétement douter de tout, á me dire que ce que je faisais était complètement fou et que j’allais de toute façon finir sous un pont, sans argent et sans pouvoir subvenir aux besoins de ma fille. Que je ferai mieux de rester dans mon job actuel qui ne correspond plus á ce que je veux, et qui va complétement á l’encontre de ce que je veux construire, mais au moins j’ai un salaire. BREF j’ai activé TOUS mes boutons internes de sabotage, et je me suis complétement embarquée sur le navire de la peur en direction du port ‘’Vie de Prout’’. C’est normal, ça arrive, et le pire c’est que la veille je venais de monter mon premier Podcast, j’étais AU TAQUET et je discutais de mon projet avec ma famille et cela m’emplissait de bonheur et d’enthousiasme. Ascenseur émotionnel BONJOUR !

Bon alors concrètement comment se sortir de ces moments durs qui nous paraissent insurmontables. Voici 5 leviers que j’utilise et qui fonctionnent bien pour surmonter les moments de doutes  :

La motivation c’est de la bullshit, il faut avoir une vision !

La motivation c’est un truc qui va et vient et clairement on ne peut pas se sentir motivé tout le temps et il faut accepter cette réalité plutôt que de courir après une motivation qui ne peut être maintenu. Une chose qui aide vraiment lors des moments de doutes, c’est d’avoir une vision. La vision c’est pas un truc magico-spirituel que l’on va évoquer en brûlant un bâton de sauge un soir de pleine lune. La vision c’est ce qu’on veut vraiment faire dans sa vie. Cela vient souvent d’une blessure profonde qu’on a surmonté dans notre vie. Un moyen pour découvrir notre vision c’est de répondre á cette question : ‘’pour toi qu’est ce qui manque á un monde parfait’’ ? qu’est ce que tu aimerais voir changer pour un monde meilleur ?

Dans mon cas c’est que chacun trouve sa voie. Cela vient d’une blessure profonde d’avoir pris le chemin de vie pour plaire á mon entourage/ce qu’on m’a appris et non pas ce que j’avais envie de faire. J’aurai aimé avoir une personne pour me montrer les voies possibles. Je crois sincèrement que le monde se porterait tellement mieux si tout le monde pouvait se réaliser et vivre sa meilleure vie. Rien que d’y penser et de visualiser un monde où les gens vivent leur meilleure vie, cela me redonne de l’énergie et en parler me remplit de bonheur. Ça fait super gnangnan et pourtant c’est le cas. Dans mes moments de doutes, je visualise ce monde où tout le monde vis sa best life. Et cela me met en joie et me permet d’avancer.

Ta vision c’est le changement que tu aimerais créer opur atteindre le monde idéal que tu aimerais voir

FEAR False expectation appearing real

Un acronyme que mon cher et tendre me rappelle tout le temps : FEAR (la peur) signifie False Expectation Appearing Real  soit Fausse Attente qui Apparait Réelle. Bon clairement ça sonne bien mieux en anglais. Mais l’idée derrière c’est que notre peur créé une réalité qui n’existe pas et qui est forcément dramatico dramatique. Notre peur c’est notre système de sauvegarde interne qui nous a gardé en vie en tant qu’homo-sapiens pendant des siècles. La peur nous dit : ‘’reste dans ta grotte, c’est la zone la plus sûre et tu ne risques pas de te faire bouffer par un tigre á dent de sabre. OK alors oui ça marche bien pour éviter les prédateurs, mais aujourd’hui on ne rencontre plus vraiment un tigre á dent de sabre á tous les coins de rue. Donc notre système archaïque n’est plus trop adapté á notre vie actuelle. Et c’est en surmontant cette peur qu’on peut accéder á notre zone de génie et créer la vie qu’on kiffe.

Pour contrer cette petite coquine de peur qui vient s’inviter dans notre cerveau, il faut se reconnecter au présent. La peur projette cette réalité dramatique sur le futur, alors repassons au présent. On est ici, rien n’a explosé, on est tous safe, on-va-bien. Comment se reconnecter au présent quand notre cerveau nous singe et saute sur les pires scénarios du futur ? il y a moultes possibilités comme la méditation, les mantras, faire une activité physique, pour moi c’est la course á pieds et si pas cette possibilité, les exercices de respiration ! A vous de tester plusieurs exercices et de trouver celui qui vous convient pour pouvoir avoir cet outil á votre disposition lorsque vous êtes dans une phase pas glop.

Accepter la peur 

Avoir peur, c’est normal, je dirai même que c’est sain. Ça veut dire qu’on a notre système d’alarme qui fonctionne bien. Le dernier truc á faire, c’est d’ignorer cette peur et prétendre que tout va bien (bonjour la positive attitude mal utilisée !).

C’est ok d’avoir peur, c’est une émotion, il faut la vivre et la laisser passer, surtout ne pas la bloquer á coup d’affirmation positive. Il faut se regarder dans le miroir et se dire : OK je sais que t’as peur, et c’est compréhensible, la situation FAIT peur. Mais je crois en toi et même si là tout de suite, ça craint, demain ça ira mieux’’. Le mot d’ordre, c’est s’écouter et être son propre meilleure pote !

Personnellement, quand ça ne va VRAIMENT pas fort, quand j’ai BESOIN que le monde m’oublie pour quelques heures, je m’arrange avec l’amoureux pour qu’il gère le reste et vais m’enterrer sous la couette tout en binge-watchan Netflix et me couper du monde pour quelques heures. C’est mon moment de reset, je ne suis là pour personne si ce n’est moi ! Je vous encourage á trouver UN truc qui peut vous permettre de faire un gros reset, que ce soit un massage, une pause, une balade en forêt, bref THE truc qui te permet d’évacuer le trop plein d’émotion et repartir sur une bonne base. Et SURTOUT, on ne doit pas se sentir coupable de prendre ce temps pour nous ! c’est une nécessité, et de toute façon dans l’état émotionnel où on est, on serait tout pourrit pour notre entourage, alors mieux vaut se prendre quelques heures pour se remettre d’aplomb !

L’entourage est primordial

Dans les moments difficiles, l’entourage est PRIMORDIAL. Vous devez impérativement vous entourer de gens qui vont être vos meilleures cheer leaders ! MAIS attention, des gens qui vont aussi vous dire la réalité et pas vous brosser dans le sens du poil s’ils pensent que vous allez droit au mur. C’est comme servir un Gin and Tonic : si il y a trop de Tonic, ça ne vaut pas mieux qu’une limonade, mais si il y a trop de Gin, c’est imbuvable (la super comparaison G&T c’est Cadeau !).  Subtil mélange qui va être primordial.

Et bien sûr dans TOUTE relations, il faut EXPRIMER ses besoins ! Le mot d’ordre : COMMUNICATION les amigos ! Vous allez me dire élémentaire mon cher Watson, et pourtant on est tous coupable au quotidien de manque de communication. Vous n’avez jamais dit á votre conjoint(e) : ‘’non mais tu peux faire ceci ou cela, c’’est évident c’est sous ton nez’’…. Et bien NON ce n’est pas évident. C’est évident pour vous, dans votre tête, dans votre monde, avec votre propre standard. Donc quand on veut de l’aide : ON LE DEMANDE !

Et du coup pareil pour les besoins émotionnels. Mon cher et tendre sait que parfois quand je suis dans un moment down, j’ai besoin de temps. Et je vais lui dire, exprimer mon besoin émotionnel, et guess what : la plupart du temps, il est le premier á vouloir aider (et la réciproque est vrai). Mais si je ne dis pas clairement ce dont j’ai besoin, et bien personne ne peut le deviner ! 

Etre en colère contre quelqu’un qui n’a pas satisfait ses besoins sans qu’on les ait exprimés, c’est comme être en colère contre le serveur pour ne pas avoir emmené le verre qu’on a pas commandé.

Mon cerveau est un muscle et je contrôle mes pensées

Dernier conseil : aller á la salle de sport du cerveau !

Et oui le cerveau est un muscle dont on contrôle les pensées. Et plus on émet de pensées négatives, plus on va être affecté et éroder sa motivation. Donc il faut s’entrainer d’une part á avoir de manière générale un maximum de pensées positives, c’est á dire au lieu d’imaginer directement le pire, on voit en premier les scénarios oú tout se passe bien.

Mais dans les moments vraiment pas au top, il devient difficile de juste avoir des pensées positives. Dans ce cas-là il y a 2 écoles, je vais vous présenter les 2 et vous de voir ce qui vous convient le mieux :

  1. Stratégie 1 : L’école du ‘’Je n’émets aucune pensée négative’’ : á force de s’entrainer, on arrive petit á petit á minimiser ses pensées négatives et l’objectif est ici d’arriver un jour á tout simplement ne plus émettre aucune idée négative. De mon expérience cela marche généralement très bien avec des gens qui ont une énergie plutôt yang (masculine). Personnellement cette école ne me convient pas, j’ai une énergie très yin et très émotionnelle, donc j’utilise la stratégie 2.
  2. Stratégie 2 : L’école du ‘’Je vis mon émotion et ma pensée négative et la laisse s’en aller’’. En gros j’accepte complètement quand je vais avoir un moment difficile car mon émotion est négative mais ma raison SAIT que ce n’est que temporaire et que dès que j’ai passé le cœur de cette tempête émotionnelle, je peux repartir sur une bonne base. En gros, je sais que je dois couler jusqu’au fond de la piscine pour pouvoir pousser un grand coup sur le sol et remonter en surface. Avec de l’expérience, ce cycle devient de plus en plus rapide. J’accepte de couler, je sais que doit suivre son cours et quelques heures après je peux remonter á la surface et je suis pleine d’énergie. Je vis mon cycle émotionnel complet.

Curieusement cette analogie se retrouve chez les coureurs de fond. Il y a les coureurs qui s’obligent á n’avoir AUCUNE pensée négative (ex. Jesse Itzler, David Goggins, Chadd Wright, tous ultra-runners bien connus), ou alors il y a les personnes qui vont vivre leurs émotions et aller dans la ‘’pain cave’’ car ils savent qu’ils vont en sortir quelques temps plus tard (ex Courtney Dauwalter, la MEILLEURE ultra runneuse au monde). Il faut impérativement connaitre quel est le meilleur mode de fonctionnement pour nous même. Car si on opte pour la stratégie 1 alors qu’on est plutôt 2, cela va aller au désastre. Et avec la mode des mantras et des affirmations positives, beaucoup de gens pensent que cela suffit pour chasser une pensée négative. NON si votre mode de fonctionnement est de vivre l’émotion, la PIRE chose que vous pouvez faire c’est de la bloquer. A un moment donné tout va exploser et vous devenez un volcan en éruption destructeur. Alors testez quelle stratégie fonctionne pour vous, et entrainez-vous á être meilleur dans cette stratégie !

Alors cet article vous inspire ? il vous plait ou alors il vous manque des informations ? n’hésitez pas á le partager votre histoire, votre opinion dans les commentaires ci-dessous.

Go vers ta MEILLEURE vie !!!

2 commentaires sur « Comment garder la motivation dans les moments difficiles? »

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :